Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 09:52

 

 

 

 

 

 

Ils veulent tous être président.
Pour un homme politique, c’est le sommet de sa carrière, avec tous les avantages que cela procure : voyages, réceptions, (femmes), notoriété, excellent salaire, nourri et logé.
On peut donc comprendre l’empressement de tant de nos politiques à se déclarer candidats.
Mais quelles sont leurs réelles motivations ?
Ils vous diront tous que c’est pour le plus grand bien, le salut de LA FRANCE
Car ils aiment la France, n’est-ce-pas.


Ils aiment aussi, sans doute, le faste de l’Elysée, le plaisir d’être regardés par le monde entier, de susciter l’admiration, l’amour… ou la haine mais surtout pas l'indifférence.
Ils aiment la fonction mais aussi le salaire qui va avec et tous ces avantages payés par le peuple français qu’ils aiment tant mais à qui ils coûtent très cher.
Ils aiment se dire que bien des femmes ne rêvent que d’être séduites par un homme arrivé au sommet de l’état (un certain genre de femmes).
Ils rêvent des voyages qu’ils vont faire dans l’avion présidentiel, loin des blaireaux qui doivent se contenter de la classe touriste des compagnies low coast
Et, quand ils arrivent à destination, ce sont les embrassades avec les grands de ce monde, les réceptions grandioses, les discours (écrits par un assistant), les repas de gala. De quoi flatter un ego qui n’a jamais flirté avec la modestie.

Ca fait bien des raisons pour désirer devenir président de la république. En plus, bien sûr, de vouloir sauver la France.
Et puis ils sont bien meilleurs que tous ceux qui les ont précédés et c’est pourquoi les français qui veulent que ça change (en mieux) doivent voter pour eux.
Il y aura sans doute, parfois, des décisions difficiles à prendre mais ils seront entourés par d’excellents spécialistes, par des conseillés éclairés.

Le problème c’est que, même après des primaires au sein des partis qui en laissent quelques-uns sur la touche, il en reste encore beaucoup sur la liste des prétendants.
Surtout que certains, pour être au moins sûrs de participer au premier tour des élections, ne s’embarrassent pas de cette histoire de primaires et se présentent directement. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même.
Seulement voilà, à la finale, la finale du deuxième tour, il n’y aura qu’un président.
Et pour les autres, adieu notoriété, salaire, admiratrices, voyages, il ne reste qu’une amère déception qui les versera dans l’opposition, un rêve qui se brise comme le pot au lait de la pauvre Perette.
Et la prochaine élection présidentielle c’est pour dans cinq ans !!

Partager cet article

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : journal d'un vieux con
  • : commentaires sur l'actualité, la vie quotidienne et les idées parfois farfelues qui en découlent
  • Contact

Recherche

Liens