Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 17:08

cyclo 1

Je vais te parler aujourd’hui d’un sport vraiment passionnant : le vélo.
Actuellement le tour de France enflamme les foules. Des milliers de personnes qui seraient incapable de pédaler pendant quelques kilomètres restent scotchés devant leur télé pour regarder pendant des heures le déroulement des étapes.
C’est beau de voir ces cyclistes qui souffrent comme des damnés pour monter des cols qui se succèdent comme autant d’épreuves inhumaines.
C’est dur, le vélo. Il faut les voir, nos champions, aller jusqu’au bout de l’enfer juste pour endosser un maillot convoité par tous. Maillot jaune, de préférence, bien qu’il ne soit pas très seyant, ou même à pois (ce qui frise le ridicule).


Il y a bien quelques primes à la clé mais rien de comparable avec ce que gagnent les stars du foot ou du tennis qui semblent tout de même souffrir beaucoup moins pour gagner beaucoup plus.


C’est très dur le vélo.
Et on voudrait que ces garçons ne cherchent pas quelque réconfort auprès des laboratoires pharmaceutiques qui sont là pour soigner la souffrance.
Je sais, on appelle ça le dopage car il parait que les produits qu’on leur offre, en plus de soulager les douleurs musculaires, augmentent considérablement les performances physiques.
En somme pendant des années –avant qu’on ne se préoccupe de ces histoires de dopage – les vainqueurs du tour de France étaient ceux qui avaient les meilleurs pharmaciens, des spécialistes capables de leur fournir des produits efficaces indécelables aux éventuels contrôles antidopage.
Car des esprits mal intentionnés ont inventé les contrôles antidopage. Et c’est ainsi que certains coureurs se sont fait pincer et ont été sévèrement sanctionnés.
Ils devraient essayer, les contrôleurs antidopage, une étape de montagne avec plusieurs cols, pour voir ce qu’ils feraient sans produits dopants.


Et puis je suis intimement convaincu que les spectateurs ils s’en fichent que les coureurs soient dopés ou non.
Ce qui les enchante c’est de vouloir croire qu’il existe des surhommes capables de performances fabuleuses, des garçons bien supérieurs aux  gens ordinaires comme toi et moi.


Laissez-nous rêver, merde, même si c’est grâce à l’industrie pharmaceutique.

Partager cet article

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : journal d'un vieux con
  • : commentaires sur l'actualité, la vie quotidienne et les idées parfois farfelues qui en découlent
  • Contact

Recherche

Liens