Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 16:56

                                        La_zone_euro_toujours_menacee_malgre_laide_a_l.jpg.jpg

On vieillit un peu chaque jour, tout le monde fait ça.

Pendant des années ça n'a pas d'importance, au contraire. On grandit, on mûrit, on acquiert de l'expérience, on vit.

Et puis arrive le moment où, à force de vieillir, on se réveille vieux. C'est juste le palier avant « vieillard ».

Je crois que c'est ce qui est en train de m'arriver. Pas encore vieillard – je l'espère – mais déjà vieux.

Etre vieux c'est ne plus avoir d'envies, en tout cas pas beaucoup. C'est comme si tout semblait futile, comme si tout perdait de son intérêt, même ce qui aurait paru désirable il n'y a pas si longtemps. Etre vieux c'est manquer d'enthousiasme, se foutre un peu de tout dans le fond.

Et puis tu sais quoi, je m'aperçois que je suis en train de perdre le sens de l'humour.

Tu te souviens, comme j'aimais tourner les choses même les plus sérieuses en dérision. On s'amusait bien parfois de la connerie de ceux qui prétendent diriger le monde, on s'amusait même de notre propre connerie.

Aujourd'hui le monde va toujours aussi mal (plus mal?) mais je ne sais plus que critiquer sans finesse, sans humour et ça ne sert à rien qu'à se rendre ridicule.

 

Sans finesse et sans humour, je vais pourtant encore te dire, en cette période où l'on prépare les fêtes de fin d'année et où ceux qui en ont les moyens s'apprêtent à dépenser des masses de fric pendant qu'un nombre croissant de gens aux revenus modestes (où à pas de revenu du tout) vont se serrer un peu plus la ceinture (car ce n'est quand même pas le top de faire le réveillon aux Restaurants du Coeur).

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les inégalités vont sans cesse en s'aggravant (elle a bon dos, la crise). Je n'arrive pas à comprendre comment on a pu en arriver à être totalement dominés, gouvernés par les financiers, les banques, les MARCHES.

Avant, le marché c'était l'endroit où on allait faire ses courses dans une ambiance joyeuse et colorée. Aujourd'hui il s'agit d'une entité virtuelle dictatoriale et toute puissante à laquelle le commun des mortels dans mon genre ne comprend absolument rien.

Tous nos dirigeants sont obnubilés par « les marchés » qui leurs imposent une politique et les notent sur leurs résultats.

Les « marchés » n'ont rien d'humain. Ce ne sont que des usines à profits. C'est en leur nom qu'on licencie des millions de personnes, qu'on en incite d'autres à s'endetter au delà de leurs possibilités pour leur reprendre, quand ils ne peuvent plus payer, les biens si péniblement acquis.
Les « marchés » n'ont pas d'argent à dépenser pour loger les SDF, payer des salaires décents aux travailleurs de la base mais ils disposent de centaines de milliards pour sauver des banques de la faillite où pour payer des commissions indécentes à ceux qui les font fonctionner.

Avant, lorsque mon esprit gardait quelque jeunesse, j'aurais pu faire de l'humour sur le dos des marchés, marchés de dupes, marchés aux puces électroniques, marchez ou crevez.

Mais aujourd'hui tout cela ne m'inspire qu'une immense tristesse et la vision d'un avenir pas radieux du tout. 

Partager cet article

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : journal d'un vieux con
  • : commentaires sur l'actualité, la vie quotidienne et les idées parfois farfelues qui en découlent
  • Contact

Recherche

Liens