Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 17:37

 

rocard1-copie-1.jpg

J'ai écouté Rocard à la radio, ce matin.

Il a été un des rares hommes politiques que j'ai, sinon admiré, du moins respecté et écouté avec attention.

Il faut dire qu'il a été le fondateur du PSU, un parti qui se voulait vraiment socialiste et qui a disparu depuis longtemps.
Roccard fut un premier ministre qui, contrairement à celui d'aujourd'hui (toujours au top dans les sondages), imposait ses idées devant un président -Mitterand- qui ne le portait pas trop dans son coeur.

On lui doit entre autres choses l'instauration du RMI

Bon, aujourd'hui c'est un vieil homme qui, malgré des problèmes de santé, semble avoir la tête sur les épaules et qui expose encore avec clarté ses idées (je crois que ce qui me plaisait chez lui c'est que, contrairement à beaucoup d'hommes politiques, son discours était compréhensible pour tout le monde).

.

Il a été bien entendu question de la réforme des retraites pendant l'interview. Il n'a pas été trop clair cette fois sur les solutions qu'il préconiserait.

Le mieux que j'ai pu en retenir c'est qu'il est pour laisser chacun libre de prendre sa retraite à partir de 60 ans ou de continuer à travailler s'il en a envie, ce qui est à mon avis une bonne chose, au moins pour ceux qui ont commencé à travailler très tôt

Mais ila dit aussi que depuis que l'âge de la retraite a été fixé à 60 ans, l'espérance de vie a augmenté d'environs 14 ans et que donc il ne lui semblait pas impensable que l'on travaille plus longtemps.

 

Comment peut-il imaginer qu'un ouvrier qui a travaillé toute sa vie dans un emploi éreintant ou parfaitement abrutissant puisse avoir envie de passer ne serait-ce qu'une partie de la rallonge de vie que lui aurait procuré la science moderne à continuer son boulot harassant ou sans intérêt.
Sans compter que, si la moyenne de vie a réellement augmenté, ce ne sont pas les travailleurs manuels qui en bénéficient le plus.

Et c'est là qu'on sent bien que cet homme non plus n'est pas tout à fait en phase avec ce qu'il est convenu d'appeler le monde du travail, en tout cas du travail manuel.
On l'imagine volontiers assis dans un confortable bureau de sa confortable demeure à cogiter, un superbe stylo à plume en or à la main, sur les problèmes de la misère du monde.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : journal d'un vieux con
  • : commentaires sur l'actualité, la vie quotidienne et les idées parfois farfelues qui en découlent
  • Contact

Recherche

Liens