Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 08:51

 

 

 

 

 

 

Je me suis absenté quelques jours et il s’en est passé des choses pendant ce temps -là !
La primaire socialiste a vu la victoire de Benoit Hamon.
Hamon a un programme très à gauche, somme toute assez proche de celui de Mélenchon. La sagesse voudrait que les deux hommes se rencontrent pour décider lequel des deux aura le plus de chances de remporter la prochaine élection présidentielle.
Mélenchon a de l’expérience, c’est un vrai tribun qui sait remuer les foules.
Hamon est jeune et plein d’enthousiasme.
Le problème c’est que ces deux-là ont la même ambition : devenir le prochain Président de la République Française.
Je leur propose une solution. Après la Révolution, il y a eu le triumvirat : trois hommes à se partager le pouvoir. Instaurons un duumvirat où nos deux champions de la gauche pourront régner ensemble.

A droite, ça ne s’arrange pas. Voilà que leur candidat est empêtré dans des histoires de fric pas claires.
Il aurait fait profiter toute sa petite famille du bon argent public. Cet argent qui vient de nos impôts et que raflent avec appétit nos heureux élus.
Emplois fictifs pour Madame et les enfants, emplois très très bien payés.
Quand on voit les sommes que représentent ces petits arrangements, des millions d’euros, on a l’impression que, pour ces gens-là, l’argent n’a pas la même valeur que pour nous.
Comment peuvent-ils imaginer ce que peut être un salaire de smignard et même d’ouvrier qualifié ?
La très chrétienne famille Fillon aurait-elle fait un gros péché en s’appropriant frauduleusement l’argent des contribuables ? Un péché qui, n’étant pas avoué, ne saurait être pardonné.

La caste Le Pen n’est pas en reste. Leur candidate est accusée de payer les collaborateurs du FN avec l’argent si largement distribué aux élus européens pour leurs « frais de fonctionnement ».

Alors, tous pourris ?? C’est une bonne question.

Pendant ce temps-là le nouveau et ignoble président des Etats Unis détricote joyeusement toutes les avancées sociales si difficilement acquises pendant la présidence Obama.

La vie est partout en train de devenir bien triste.

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 16:44

 

 

 

 

 

 

Déjà on avait le trou dans la couche d’ozone, le réchauffement climatique, la fonte des glace du Pôle Nord.
On avait Daech, l’Etat islamique, la guerre au Yemen.
On avait Poutine, Bachar el Hassad, Erdogan, (Marine le Pen).
On avait pas mal de soucis à se faire.
Maintenant, en plus, on a Trump.
Comment un type comme lui a-t-il pu devenir le président d’un des états les plus puissants du monde ?
Là vraiment, les américains sont tombés bien bas.
Car enfin, même si le système des grands électeurs reste pour moi un mystère, ce nouveau président a été élu de manière démocratique par le peuple américain.
Il y a bien évidemment des opposants mais c’est tout de même une majorité qui a porté au pouvoir ce gros lard hurlant et gesticulant.
Comment le peuple américain a-t-il pu élire ce type qui ne vit que pour l’argent et les putes, qui méprise les femmes et n’a que mépris pour tout ce qui n’est pas américain. Américain et riche.

Les Etats Unis d’Amérique ont une histoire bien chargée.
Ils sont nés du génocide des indiens, premiers habitants du continent.
Ils se sont enrichis par l’exploitation des esclaves noirs importés d’Afrique dans des conditions ignobles.
Ils ont conquis l’ouest par la force des armes dont la détention est encore revendiqué aujourd’hui comme un droit absolu (et pourquoi pas un permis de tuer).
Ils ont fait de la richesse une religion et de la religion une force pour exploiter le peuple.

Moi qui ne porte pas trop l’Amérique dans mon cœur, j’avais révisé mon opinion quand Obama était devenu président.
Que cette nation depuis toujours méprisante envers les gens de couleur ait élu à sa tête un homme de couleur, cela pouvait engendrer beaucoup d’espoir.
Malheureusement, confronté à un congrès qui lui était hostile, Obama n’a pas pu réaliser les rêves qu’il portait avec un certain nombre d’américains.
Le rêve américain va-t-il se limiter au pouvoir de l’argent, à la richesse incarnée par leur nouveau président et par les ministres milliardaires qu’il vient de nommer ?
Le rêve américain qui n’a été possible que grâce aux millions d’immigrés qui ont construit l’Amérique va-t-il s’enfermer derrière le mur élevé face au Mexique et les taxes douanières brandies face au reste du monde ?
Le rêve américain est-il en train de devenir un cauchemar ?

Allez j’arrête, voilà que je sens renaître mon antiaméricanisme primaire.


 

Repost 0
Published by lejeune
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 15:21

 

 

 

 

 

 

 

Fatigué de t’entretenir de politique, je voudrais aborder aujourd’hui des sujets plus personnels, de ceux dont je sais que tu raffole en ta qualité de journal intime.

Il y a eu pas mal de morts ces temps-ci.
Victimes de la guerre contre Daech, émigrants noyés en Méditerranée, ceux qui ont trouvé la mort sous les bombes de Bassar El Hassad ou de Poutine ou dans les attentats terroristes
Il y a eu des morts illustres, de ceux dont on parle avec respect et dont la vie est devenue exemplaire depuis qu’ils ont disparus : acteurs, chanteurs, politiciens.
Pourtant, gens du peuple sans importance ou personnages célèbres, ils ne sont plus que des carcasses pourrissantes, à même la terre ou dans des cercueils capitonnés.
Tu sais que je ne crois pas au ciel, à l’enfer, à une vie éternelle dans un autre monde. Pour tout dire, je trouve terrifiant cette notion de vie éternelle.
Se retrouver pour toujours avec des milliers, des milliards de gens morts avant nous, en attendant les milliards qui vont suivre.
Et je me demande où on mettrait tout ce monde.
Les croyants nous parlent du ciel. D’accord c’est grand, le ciel mais c’est où le ciel des morts ? Entre les étoiles ? Dans de lointaines planètes ? Dans un monde parallèle ?
Il faut être infiniment plus intelligent que moi pour imaginer des trucs pareils (ou complètement barjo).
Et l’enfer ? C’est où l’enfer ?
Un endroit de malheur, de tortures, un endroit tellement épouvantable que les pires geôles de nos sadiques dictateurs sembleraient des séjours idylliques.
Et condamner qui que ce soit à subir de tels supplices pendant l’éternité, ça dépasse en cruauté tout ce que l’on peut imaginer.
Quand je pense que nos aimables autorités catholiques nous promettent ce charmant séjour si on s’écarte quelque peu de leurs commandements ou simplement pour ne pas avoir été baptisé.
Le prophète des musulmans n’est pas plus drôle et les damnés de Mahomet sont promis à une éternité largement aussi abominable que les damnés de nos papes.
Tous ces porte-paroles du Tout Puissant finiraient par nous faire douter de son infinie bonté.

Alors, comme toujours, dans l’état de semi veille qui est le mien au petit matin et qui est parfois l’occasion de réfléchir à des sujets de haute tenue (!), je me suis persuadé que l’au-delà, si au-delà il y a, devait être tout à fait différent de ce que l’on nous raconte et que la vie éternelle devait s’organiser autrement pour devenir supportable.
Non vous n’allez pas faire vivre ensemble, pour l’éternité, le pape et Martin Luther, sœur Theresa et Mata Hari ou la comtesse Du Barry, Zinedine Zidane et ce joueur italien qui lui a fait rater sa sortie de l’équipe de France (et perdre du même coup la coupe du monde).
Quand on bascule dans l’éternité, il serait bien que l’on se retrouve avec des gens qui, sur terre, ont partagé un peu les mêmes valeurs.
Je vois bien Napoléon dans un paradis ou un enfer où il fréquenterait quelque joyeux drilles de son acabit comme Gengis Khan, Tamerlan ou Attila et autres conquérants peu économes en vies humaines.
De Gaule pourrait enfin s’entretenir amicalement avec Churchill, Alexandre le Grand ou Louis XIV.
Jean Paul II serait entouré des saintes qu’il vénérait et de celles dont il a assuré la canonisation.

Ce genre d’éternité, entre gens du même monde, me semblerait plus vivable et permettrait de supporter une immortalité qui devrait tout de même se révéler longue, très longue, trop longue.
Peut-être vaut-t-il mieux espérer que tout se termine avec notre pauvre vie terrestre, même si notre orgueil de chef d’œuvre de la création devait en prendre un sacré coup.

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 09:52

 

 

 

 

 

 

Ils veulent tous être président.
Pour un homme politique, c’est le sommet de sa carrière, avec tous les avantages que cela procure : voyages, réceptions, (femmes), notoriété, excellent salaire, nourri et logé.
On peut donc comprendre l’empressement de tant de nos politiques à se déclarer candidats.
Mais quelles sont leurs réelles motivations ?
Ils vous diront tous que c’est pour le plus grand bien, le salut de LA FRANCE
Car ils aiment la France, n’est-ce-pas.


Ils aiment aussi, sans doute, le faste de l’Elysée, le plaisir d’être regardés par le monde entier, de susciter l’admiration, l’amour… ou la haine mais surtout pas l'indifférence.
Ils aiment la fonction mais aussi le salaire qui va avec et tous ces avantages payés par le peuple français qu’ils aiment tant mais à qui ils coûtent très cher.
Ils aiment se dire que bien des femmes ne rêvent que d’être séduites par un homme arrivé au sommet de l’état (un certain genre de femmes).
Ils rêvent des voyages qu’ils vont faire dans l’avion présidentiel, loin des blaireaux qui doivent se contenter de la classe touriste des compagnies low coast
Et, quand ils arrivent à destination, ce sont les embrassades avec les grands de ce monde, les réceptions grandioses, les discours (écrits par un assistant), les repas de gala. De quoi flatter un ego qui n’a jamais flirté avec la modestie.

Ca fait bien des raisons pour désirer devenir président de la république. En plus, bien sûr, de vouloir sauver la France.
Et puis ils sont bien meilleurs que tous ceux qui les ont précédés et c’est pourquoi les français qui veulent que ça change (en mieux) doivent voter pour eux.
Il y aura sans doute, parfois, des décisions difficiles à prendre mais ils seront entourés par d’excellents spécialistes, par des conseillés éclairés.

Le problème c’est que, même après des primaires au sein des partis qui en laissent quelques-uns sur la touche, il en reste encore beaucoup sur la liste des prétendants.
Surtout que certains, pour être au moins sûrs de participer au premier tour des élections, ne s’embarrassent pas de cette histoire de primaires et se présentent directement. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même.
Seulement voilà, à la finale, la finale du deuxième tour, il n’y aura qu’un président.
Et pour les autres, adieu notoriété, salaire, admiratrices, voyages, il ne reste qu’une amère déception qui les versera dans l’opposition, un rêve qui se brise comme le pot au lait de la pauvre Perette.
Et la prochaine élection présidentielle c’est pour dans cinq ans !!

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 18:10

 

 

 

 

 

 

 

Nous voici donc au tout début d’une nouvelle année.
C’est, parait-il, le moment de prendre de bonnes résolutions.

On nous abreuve de recommandations pour nous inciter à faire ce qu’il faut pour sauver notre planète ou améliorer notre style de vie.
Mais, en réalité, ils sont bien peu nombreux ceux qui se soucient vraiment du devenir de notre monde et qui mettent en pratique les excellentes instructions que nos élites voudraient nous voir suivre, sans pour autant les mettre en pratique eux-mêmes.

On critique la pollution de l’air. Mais combien d’entre nous accepteraient de se passer de leur voiture génératrice de CO2 ?
Cette pollution qui est en train de devenir un réel problème pour notre planète devrait être un souci pour tous les humains. Cela n’empêche pourtant pas les fans de formule1 ou de courses motocyclistes de soutenir leurs favoris et d’encourager ces manifestations polluantes. Et tant pis pour la couche d’ozone.
Ah ! la couche d’ozone, les milliers de voyageurs, hommes d’affaires ou touristes qui remplissent les avions ne s’en soucient guère. Combien y-a-t-il d’écologistes purs et durs parmi ces voyageurs qui empruntent l’un des moyens de transport les plus polluants ?
On devrait manger moins de viande et acheter plus de produits bios. Mais c’est tellement bon un steak frite même si le boucher du coin n’est pas bio, ni les pommes de terre du marché.

 

Et, pour parler d’autre chose, voilà qu’on peut avoir des milliers d’amis sur Facebook.
Parmi eux, des gens qu’on ne verra jamais mais avec qui on s’évertue de faire la fortune de monsieur Zuckerberg, fondateur de ce réseau soit disant social.
Les scandaleuses transactions qui se pratiquent dans le monde du football pour s’assurer à prix d’or les champions les mieux cotés devraient susciter un mouvement de rejet. Mais ces procédés n’empêchent pas des milliers de supporters d’aller voir les matchs et de se passionner pour des équipes qui ne sont, en fait, que des machines à faire du fric.

Pour dire la vérité, je suis un de ces pollueurs impénitents et, si je ne suis pas un vrai fan de foot ou de formule1, j’ai une voiture (une diesel), j’ai été pendant des années chauffeur routier et il m’arrive aussi de prendre l’avion de temps en temps. J’ai un compte Facebook et je me chauffe au bois.
Oui on devrait boycotter Facebook mais on ne le fait pas parce que tout le monde est sur Facebook et en plus on a une bagnole, on va au foot, on regarde les courses à la télé, on mange ce qui nous fait envie.

En fait, on est (presque) tous des faux culs.

 

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 18:14

 

 

 

 

 

 

 

La fin de l’année approche.
Voici donc venu le temps des vœux pour l’année qui vient.
Je souhaite donc une très bonne année 2017 à ceux qui me sont chers et qui ne sont pas forcément sur Facebook (il va falloir que j’envoie quelques cartes par la poste).
Je souhaite une bonne année à tous, femmes et hommes de bonne volonté du monde entier.

Et pourtant…
Cette année 2016 s’est terminée par encore quelques attentats terroristes dont le plus sanglant fut celui du marché de Noël berlinois qui nous a beaucoup émus et indignés.
Espérons des jours meilleurs pour l’année qui vient.
- Bonne année donc aux réfugiés, aux migrants, aux étrangers que notre monde rejette parce qu’ils troublent quelque peu notre tranquillité égoïste.
- Bonne année aux SDF qui sont de plus en plus nombreux dans nos rues et qu’on ne regarde jamais en face pour ne pas avoir à jeter une pièce dans leur gobelet. Ou pour ne pas ressentir de honte pour notre société qui laisse ces gens dans la rue.
- Aux chauffeurs routiers qui ne supportent pas qu’on utilise leurs camions pour tuer.
- A nos politiques. Qu’ils oublient leurs luttes fratricides pour le pouvoir et se consacrent à l’amélioration de la vie de leurs électeurs.
- Au PS . Qu’il redevienne un parti de gauche.
- A Marine Le Pen qui est, selon les sondages, la femme politique préférée des français. Les français seraient-ils tombés aussi bas que les américains qui viennent d’élire le plus ignoble président de leur histoire ?
- A Christine Lagarde, l’intouchable présidente du FMI, qu’aucun de nos magistrats n’a osé condamner, comme si la puissance de l’argent qu’elle représente mettait à l’abri de toute sanction.
- Au Président Hollande, qu'il profite paisiblement de sa retraite et oublie les blaireaux qui lui ont pourri la vie pendant 5 ans.
- Aux djihadistes suicidaires, qu’ils se rendent enfin compte de l’absurdité de ce que leurs mollahs veulent leur faire croire .Qu’ils sachent qu’une gentille petite femme ici-bas vaut toutes les hypothétiques houris dans l’au-delà.
- Aux navigateurs du Vendée-Globe et autres solitaires qui souffrent tellement sur leurs couteuses embarcations qu’ils ne rêvent que de mettre le moins de temps possible pour faire le tour du monde (sans rien en voir).
- A tous ceux qui aiment jouer au foot et à ceux qui ne font que regarder jouer les autres en buvant une bonne bière.
- Aux chômeurs qui rêvent de trouver du boulot et aux travailleurs qui rêvent de la retraite.
- Aux braves gens sans importance dont on ne parle jamais mais qui sont ce qu’il y a de plus précieux dans notre monde rempli de célébrités.
- A tous ceux que j’ai oubliés et qui de toute façon ne me lirons jamais.

Allez, bonne année quand même.
 

 

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 09:00

 

 

Jadis, mon cher journal, nous bavardions ensemble.
Et puis un jour, alors que je relisais quelques-unes de tes pages (virtuelles), je me suis dit que je n’avais (hélas) plus 17 ans pour dialoguer ainsi avec mon journal, fut-il intime.
C’est pourquoi j’ai décidé de ne plus t’adresser directement la parole, pour faire plus sérieux, moins con à défaut de plus jeune.
Pourtant quand je suis seul devant ma page blanche (mon clavier d’ordinateur), j’éprouve souvent le besoin de m’adresser à quelqu’un et il se trouve qu’à ce moment-là tu es le seul interlocuteur possible.
On va donc continuer à dialoguer mais peut-être de façon plus discrète, comme si je m’adressais à quelqu’un de chair et de sang et non pas à une machine, fut-elle, comme le prétendent certains, intelligente.

Tu me reproches d’être très critique – trop critique – envers nos femmes et nos hommes politiques, surtout avec ceux qui ne sont pas de notre bord.
C’est que, vois-tu, je me suis toujours fait une grande idée de la chose publique.
Etre un élu de la république ne devrait pas simplement vouloir dire être le bénéficiaire d’une sinécure.
Car c’est un honneur d’être élu par le peuple et le devoir d’un élu est de servir le peuple et non pas d’assurer la pérennité de son mandat pour profiter des avantages multiples qu’il assure et de la notoriété qui flatte l’ego de trop de nos « élites ».
C’est devenu un métier d’être député, ministre ou président. Un métier très bien payé (trop ?).
La grande idée de la démocratie, ce n’est pas d’assurer la notoriété et la richesse de quelques privilégiés mais de permettre à tous de participer au devenir de son pays.
Alors, messieurs les édiles, pour ne pas rester coupés des préoccupations du citoyen lambda, pourquoi n’iriez-vous pas gagner votre vie en travaillant, comme le commun des mortels ?

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 09:34

 

 

J’aimerais bien que, de temps à autre, on parle d’autre chose que de politique.
Mais il y a toujours quelque chose à raconter sur les agitations de ces clowns qui nous gouvernent ou rêvent de nous gouverner et qui nous régalent de ces pitreries dont ils ont le secret.
A côté, ma vie de retraité semblerait bien morne et, pour tout dire, un rien ennuyeuse.

Revenons-en donc à la prochaine élection présidentielle, on voit les candidats se multiplier de jour en jour.
Bien sûr tous ne  parlent que de l’avenir de la France qui leur tient tant à cœur. Pas besoin d’être un fin psychologue pour voir se pointer sous tous ces beaux discours une féroce ambition personnelle.
A droite nous avons Fillon dont la bobine sinistre et les idées « libérales »  nous promettent un joyeux avenir.
Après la multitude de ceux qui vont participer à la primaire du parti socialiste, nous avons ceux et celles qui la jouent en solitaires.
Nous avons notre ami Mélenchon, toujours égal à lui-même et qui se prépare courageusement – malgré le vote des sympathisants dont nous faisons partie – à une prochaine défaite.
Macron n’étant ni de droite, ni de gauche, ni du centre se veut un électron libre. A moins que ce ne soit, tout simplement, qu’un trou noir.
La mère Le Pen est toujours égale à elle-même mais voilà qu’une autre femme, Michèle Alliot Marie, elle aussi de droite, se verrait bien dans le fauteuil présidentiel.
Je trouve que ce serait bien d’avoir enfin une femme dans ce fauteuil tellement convoité mais franchement, Marine Le Pen ou Alliot Marie, ça ne donne pas vraiment envie de voir se féminiser la fonction.
Il y a aussi les petits candidats qui n’ont aucune chance mais qui se présentent fidèlement à chaque élection.
Les paris sont ouverts

Les Républicains, en Amérique, c’est Trump.
En France, « les républicains » c’est Sarko et Fillon.
Je pensais qu’on pouvait être fier d’être républicain parce que, comme disait un homme illustre dont j’ai oublié le nom, si ce n’est pas le meilleur régime, c’est en tout cas le moins mauvais.
En s’appropriant ce terme de républicains, la droite le vulgarise.
Comme s’il fallait être de droite pour être républicain en oubliant qu’il y a quand même eu de fameux révolutionnaires républicains de gauche.

 

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 11:08

 

 

Il va falloir s’y faire, la droite revient.
Tellement à droite même que, si ça continue, on va se retrouver en dictature.
L’heureux élu à la primaire « des républicains » (je ne ferai jamais  au titre pompeux et peu réaliste pris par l’ancien UMP) nous promet, avant même d’être installé dans le fauteuil présidentiel, une belle cure d’austérité.
Pas pour tout le monde, l’austérité, puisque l’impôt sur les grandes fortunes sera aboli et que les entreprises verrons leurs contributions diminuer.
Mais pour les autres, les petits, les sans grade ?
Moins de Secu, des salaires toujours aussi bas et aussi moins d’infirmier(e)s, moins de flics, moins d’enseignants mais PLUS de travail .

S’il est un sujet sur lequel la plupart des candidats sont d’accord, c’est qu’il faut que le peuple travaille davantage.
Moi, je ne suis pas contre le travail. J’ai travaillé toute ma vie avant d’arriver à ce stade d’hivernage qu’est pour moi la retraite.
J’ai eu la chance de pratiquer des métiers qui m’ont procuré beaucoup de satisfactions, à défaut de beaucoup d’argent.
Mais enfin c’est bizarre cet espèce de plaisir malsain pris à regarder peiner les autres, confortablement installé dans un fauteuil de ministre (ou de président).
Car oui, messieurs, c’est pénible de passer 8 heures par jour devant un tour  une fraiseuse ou un poste à souder, de manier la pelle ou la pioche de se faire secouer par un marteau piqueur ou un engin de chantier.
C’est pénible aussi de soigner les malades, de faire la classe, de patrouiller dans les rues, etc, etc..
Fidel Castro et son ministre Che Guevara participaient, au merveilleux début de la révolution cubaine, à la Zafra, la coupe de la canne à sucre qui était, à cette époque, le principal revenu de l’ile.
Mais je n’ai jamais vu aucun autre de nos grands responsables politiques se salir les mains ou employer une pelle ou une truelle autrement que pour poser la première pierre d’un édifice public.

Allons, messieurs les édiles, cessez donc de nous parler d’un sujet que vous connaissez si mal : le travail pénible.
Les paysans, les ouvriers ont toujours travaillé et souvent sans compter les heures, sans économiser leur peine. Tout ce qu’ils demandent c’est simplement d’être un peu mieux rémunérés pour leur labeur.
Mais le manque d’argent, c’est aussi une chose  que vous ne pouvez pas connaître, vu les salaires de « ministres » que vous  vous octroyez.

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 11:06

 

 

Le Président Hollande a décidé de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle.
Il faut noter que, dans les annales de notre république, c’est la première fois qu’un président sortant, quelle que soit sa popularité, renonce à se succéder à lui-même.

Les ténors de la droite et les frondeurs de gauche n’ont pas de mots assez méprisants pour ridiculiser cette décision qui, selon eux, n’est que le résultat de sa position délicate au vu des sondages d’opinion.
Aucun n’a eu l’élégance de dire que cette décision si difficile à prendre pour un homme parvenu au sommet de l’état, témoigne d’une parfaite analyse de la réalité, d’un désir de ne pas augmenter le fractionnement de son parti et d’un courage que beaucoup pourraient lui envier.

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article

Présentation

  • : journal d'un vieux con
  • : commentaires sur l'actualité, la vie quotidienne et les idées parfois farfelues qui en découlent
  • Contact

Recherche

Liens