Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 17:56

07Raphael Blasselle gallery photo

Je suis bénévole à la croix rouge.
C’est assez bizarre, le bénévolat.
Bénévole, ça veut dire qu’on n’est pas payé pour le travail effectué, est-ce que ça n’a pas quelque chose d’un peu louche car enfin, c’est bien connu, tout travail mérite salaire.
Le bénévole doit donc avoir une motivation puissante.
Certains sont bénévoles par charité (chrétienne ?) d’autres, dont je suis, par simple solidarité.

Mon boulot consiste à recevoir des SDF, à leur offrir un petit déjeuner, un café, quelques viennoiseries, la possibilité de prendre une douche, s’ils le souhaitent et surtout être à leur écoute.
Un soir par semaine je participe aux maraudes du samu social pour apporter un soutien aux gens de la rue et leur proposer un hébergement « dans la limite des places disponibles ».

En réalité on n’est pas en mesure de leur offrir le moindre commencement d’espoir de solution un peu durable.
Car la vérité c’est que notre belle société de consommation, de concurrence ; de compétition semble vouloir ignorer totalement l’existence de de ces exclus, tous ceux qui ne sont pas rentables et dont elle ne sait que faire.

Il n’y a pas de logements sociaux adaptés à leurs revenus extrêmement bas (RSA, aides sociales).
Il n’y a pas de structure spécifique pour tenter de leur trouver un travail.
Il n’y a pas de soutien psychologique en accord avec leurs besoins.
 

Les journées sont longues dans la rue, sans aucune occupation.
Alors bien souvent, le peu d’argent produit par « la manche » sert à se procurer un peu de drogue ou de l’alcool, pour s’évader de la triste réalité.

Je suis bénévole à la Croix Rouge mais j’en ai marre de côtoyer toute cette misère sans y apporter aucun remède.
A force de les rencontrer semaine après semaine, on finit par éprouver une réelle sympathie pour ces gens que tout le monde ignore et dont certains pourraient devenir des amis, dans une vie normale.
Et j’en ai marre de voir qu’on n'a rien à leur proposer pour les sortir de cette impasse. Et plus le temps passe, plus il est difficile d’en sortir.
 

Il n'y a pas de honte à être pauvre mais nous devons avoir honte qu'il y ait tant de pauvres dans un pays riche comme le nôtre.
Je sais, il y a la crise, c’est une excellente excuse mais avant la crise on ne faisait rien non plus
 

Il m’arrive de penser que, s’il n’y avait pas de bénévoles pour s’occuper quelque peu de ces gens, les pouvoirs publics seraient bien obligés de mettre la main à la pâte.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lejeune
commenter cet article

commentaires

Josiane 06/03/2012 19:45


Le ferait-il ???

Présentation

  • : journal d'un vieux con
  • : commentaires sur l'actualité, la vie quotidienne et les idées parfois farfelues qui en découlent
  • Contact

Recherche

Liens